4ème édition 2007

4ème édition 2007

r4f1

Le CCI a organisé la quatrième de ses rencontres cinématographiques du 8 au 11 novembre 2007. L’originalité de cette édition revient au thème unique « le cinéma des peuples autochtones » qui permettrait au club de donner à cette activité le statut de festival à l’instar des autres villes tel que Tanger « court métrage », Khouribga «  Cinéma Africain », Oujda « Cinéma Magrébin »…

Ainsi répondant à l’esprit du thème choisi l’ouverture de la rencontre a connu la projection d’un court métrage amazigh « Poupée de roseaux» d’Ahmad Baidou, suivi du film iranien « le tableau noir » de Samira Makhmalbaf et « tillay » de Idrissa Ouédraogo.

D’autres films ont été programmés pour le restant de la manifestation notamment :

-« l’enfant endormi » de Yasmina ksari

-« Bénédiction » de Rachid El Hazmir

-« yol » de Yilmaz Gune et Serif Goren

-« Tililla » de Mohammed Marnich.

r4f3

r4f2

Par ailleurs le succès de cette rencontre est revenu à la présence en masse du public qui a été attiré par la qualité des participants, les acteurs et artistes entre autres Mohammed khouyi,Mohammed Benbrahim, Benaissa El Jirari, Mohammed El yazidi, Saadia Azgoun, AbdellatifEl khamouli, Jamila Bijaouan, Chama El Amrani et Hicham Ichaab.

D’un autre coté un atelier autour de l’analyse filmique encadré par le professeur Ibrahim El hassnaouy professeur chercheur  à l’IRCAM s’est déroulé.

Comme de coutume une conférence a été tenue sous le thème « L’image du marginalisé dans le cinéma: fonctions et spécificités » animée par le professeur Mohmmed malki et a laquelle ont participés les chercheurs et critiques :Hamid Tbatou ,Ahmed Aarib,MohmmedChouika et Rachid Bouqsim.

Aperçu sur le thème de la conférence

r4f4

L art cinématographique peut paraître loin de s’occuper théoriquement et directement de ce qui est marginalisé et de ce qui ne l’est pas, néanmoins ceci reste le noyau de  son action créative. Ses choix culturels et esthétiques ont toujours été dictés par une prise de position qui est toute fois pour ou contre.

Beaucoup d’essais cinématographiques n’ont étés possibles qu’a travers ce choix répondant ainsi au souci de la menace d’une identité, d’une culture, d’un système, d’un peuple,d’une mémoire d’un groupe ethnique ou d’une latitude.

r4f5

C’est à partir de cette préoccupation  que des expériences cinématographiques ont vu le jour en corrélation avec des ethnies comme les indiens, les kurds, les amazighs, les palestiniens et les esquimaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>