2ème édition Le constituant Amazigh dans le cinéma marocain

2ème édition

Le constituant Amazigh dans le cinéma marocain

r2f1

Le CCI a organisé la deuxième rencontre cinématographique du 15 au 17 juillet 2005 avec le soutien du CCM et l IRCAM et avec l’aide de la fédération des clubs cinématographiques du Maroc et le club Reggab du cinéma et de la culture de Fès, le film « les anges ne planent sur casa été au programme parmi d’autres.

Une conférence sous le thème: « le constituant amazigh dans le cinéma marocain » a été animée par les professeurs Hamid Tbatou, Ahmedsijlmassi, Abdelilah jaouhari et l’actrice Latifa Ahrar.

A signaler que la rencontre a coïncidé avec le festival du film amazigh de Sefrou ce qui a entraîné l’absence de quelques artistes et critiques du cinéma tel que Ahmed Assid, Hassan Hajij, Ali Hassan et Mohammed Aabbazi.

Aperçu sur le thème de la conférence

r2f2 La langue amazigh est un constituant éminent de la culture marocaine par sa créativité diversifiée, sa richesse et son originalité. Cependant il a été écarté du champ de l’expression sinon négligé en tant que source d’enrichissement culturel. Certes, le conte, le théâtre, la poésie, la danse, la chanson et les arts plastiques constituent une matière riche et originale de l’identité marocaine; Cependant le cinéma a négligé longtemps son apport bien qu il y ait des films vidéos reflétant  l’expérience et la créativité du film amazigh.

r2f3 Ainsi des prospections dans la culture Amazigh oubliée ou enfouie ont faites par des entrées diversifiées  tel que la langue et le vestimentaire. Parmi les films cinématographiques exigeant ces composantes nous citons « de l’autre coté de l’Ouad » et « les trésors de l’atlas » de Mohamed Abazi, « Tinja » et « Adrej » de Hassan Gazouli, « La porte fermée » de Abdel Kader Laktaa, etc. En outre il y a eu un cumul d’expérience tel que « Boutfounast ». Ainsi, pour mettre en evidence le lien du cinéma marocain avec le constituant amazigh des axes suivantes ont été proposés:

  • le composant amazigh dans le cinéma marocain: Efficacité et déception
  • l’amazigh dans l’image entre créativité et production
  •  le constituant amazigh: Nouveauté créative…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>